Radeau de la patate douce, cuisinée en gratin avec chèvre et noisettes

Publié le par Cécile

J'ai fait une belle découverte aujourd'hui et je me suis dit que c'était une bonne occasion de renouer avec une des vocations de ce blog, légèrement laissée à l'abandon ces derniers temps : la nourriture de vos esprits! Lorsque je suis tombée sur les oeuvres de cet artiste, j'ai immédiatement pensé à Archimboldo qui, à la Renaissance, composait des tableaux avec fruits, légumes, fleurs, toutes sortes de végétaux, donnant une patine irrémédiablement moderne à ses oeuvres. L'artiste que je vous propose de découvrir s'amuse également avec les végétaux mais en revisitant et en interprétant des oeuvres d'art occidentales célèbres à travers le monde. Ju Duoqi (1973 - ), artiste chinoise, a réalisé son Musée Végétal (2008), regroupant des oeuvres réinterprétées aussi célèbres que La Liberté guidant le peuple de Eugène Delacroix, la Naissance de Vénus de Botticelli, Tres de Mayo de Franscisco de Goya, ou encore le Radeau de la méduse de Théodore Géricault devenu le Radeau...de la patate douce!

http://i271.photobucket.com/albums/jj147/leretserge/radeau-meduse.jpg
Le radeau de la patate douce, Ju Duoqi, 2008

Au premier abord, la ressemblance est stupéfiante, vous pourriez vous méprendre, mais en y regardant de plus près, le doute n'est plus permis : les végétaux règnent! Cette démarche artistique entreprise par le biais d'un photomontage montre l'influence de la peinture occidentale sur l'artiste ainsi que sa mondialisation et son universalité. Ju Duoqi s'approprie ces oeuvres qui a priori ne font pas partie de sa culture. Elle évoque par cette entreprise, que certains jugeront de provocante, l'évolution fulgurante qui a marqué la Chine au cours de ces dernières décennies. Ayant connue dans ses premières années une Chine rurale et repliée sur elle-même, Ju Duoqi a été témoin de son ouverture, de sa transformation en une société industrielle tournée vers l'économie de marché et vers d'autres cultures. Elle n'est pas la seule à être sensible à l'art occidental, il sufit de se promener dans les musées pour voir que cet attrait pour cet art attire de nombreux chinois. Au delà du style, de l'époque, c'est son caractère universel qui relient les personnes. Parallèlement à la réinvention de ces oeuvres célebrissimes, elle fait l'apologie des végétaux et des aliments. Indispensables au quotidien, ces aliments fragiles, périssables, banals, insignifiants en deviennent exceptionnels, immortels et à leur tour universels.
C'est un véritable voyage entre réalité et fiction, banalité et universalité dans lequel Ju Duoqi nous entraîne. Réunissant dans ses tableaux, son goût pour l'occident et ses origines rurales, elle nous propose un voyage sensoriel, non dénué d'humour et de provocation afin peut-être de nous faire prendre conscience de l'importance et de la nécessité même de ces aliments dans un monde industrialisé. Tout comme les oeuvres sont intemporelles, les végétaux le demeurent tout autant par le fait qu'ils conditionnent la survie de l'humanité.

Alors pas trop dur de nourir de nouveau votre esprit? ;-)

Ces patates douces à l'état brut sur le radeau, moi, je les ai fait cuire et préparées pour en faire un plat succulent que j'ai déjà réalisé plusieurs fois. J'ai trouvé la recette dans le magazine n°5 Yummy. C'est un gratin très doux et très gourmand qui enchanté nos papilles. J'ai ajouté, comme petite touche personnelle du miel et des herbes de provences. Je vous recommande chaudement cette recette!

GRATIN DE PATATES DOUCES, CHEVRE ET ECLATS DE NOISETTES
Photo-Oeuvre-3-0021-copie-1.JPGPour 4 personnes :
Ingrédients :
- 500 gr de patates douces
- 150 gr de chèvre frais
- 1 grosse poignée de noisettes
- 50 gr de parmesan
- 15 cl de crème fleurette
- 2 cuillères à soupe de crème épaisse
- 2 cuillère à soupe de miel
- Quelques tours de moulin à herbes de Provence
Photo-Oeuvre-3-0018.JPGPréparation :
Éplucher les patates douces et les couper en
dés.
Faire chauffer une casserole d'eau salée. Quand
l'eau frémit, ajouter les dés de patates douces.
Cuire 15 minutes. Vérifier la cuisson en piquant
une lame de couteau qui doit s’enfoncer
facilement.
Retirer la casserole du feu, égoutter et faire une
purée à l’aide du presse-purée. Incorporer la
crème épaisse et le miel à la purée puis mélanger. Saler et
poivrer.
Préchauffer le four à 200°.
Broyer les noisettes à l'aide d'un pilon. Réserver
dans un bol.
Commencer par déposer une couche de purée
dans le fond des ramequins. Ajouter une
couche de chèvre frais. Verser un peu de crème
liquide. Saupoudrer de quelques tours de moulins à herbes de Provence. Disposer quelques noisettes broyées et
remettre une couche de purée. Ajouter une
couche de chèvre, un peu de crème liquide, d'herbes de Provence et
couvrir de noisettes. Terminer en saupoudrant
le parmesan.
Enfourner pendant 15 minutes.

Déguster immédiatement.
Bon appétit!

Commenter cet article

choupette82 01/03/2012 17:11

superbe ce gratin, il doit être excellent, à tester très vite ! Bonne fin de semaine.
Céline

Miss Delices 30/12/2011 13:17

tres sympa la présentation:)))

Les délices de Nathalie 18/12/2011 19:05

Quel tableau original ... ta proposition de plat est, elle aussi, toute une histoire ! Ce gratin promet bien des saveurs ! Je raffole de la patate douce !

sylvie 18/12/2011 11:29

Hummm, super sympa comme idée.
Bises

Virginie d'Une Pincée de Gourmandise 15/12/2011 12:49

Ce tableau est vraiment très surprenant. C'est vrai qu'aux premiers abords, on ne remarque pas que tout est fait en patate douce. Merci pour cette découverte !
Et merci aussi de partage avec nous ce petit gratin que je verrai bien finir dans mon assiette...
Bisous et à bientôt